La puce T2 de l’iMac pro signe-t-elle la mort du Hackintosh ?

Par

Mac

Dans son iMac Pro, Apple a intégré un petite surprise, un One More Thing qui se présente sous la forme d’un processeur dénommé T2 afin de sécuriser l’engin. C’est le second processeur ARM qu’intègre Apple dans ses machines après la puce T1 du Macbook Pro 15″ avec Touch Bar et Touch ID.

Une puce T2 aux fonctionnalités élargies

Si la puce T2 permet en effet de sécuriser l’iMac Pro en contenant une enclave sécurisée permettant de sécuriser certaines données sensibles, cette puce se révèle bien différente de la T1 puisqu’elle ne contient pas uniquement une enclave pour le Touch ID (par ailleurs absent de l’iMac Pro). En outre, sans rentrer dans les détails techniques, cette puce remplace de nombreux contrôleurs, comme ceux de la webcam, de la gestion de l’audio et de la mémoire flash.

Elle permet une sécurisation des données en tant réel et est capable « de chiffrer les données à la volée, de manière transparente » sans utiliser les ressources du processeur Xeon principal.

Toutes ces petites fonctionnalités bien spécifiques décharge le Xeon de nombreuses taches courantes afin de lui permettre de se focaliser sur les taches lourdes, ce qui permet à l’iMac pro d’être bien plus performants que ses pairs.

La puce T2 sécurise le boot et signe l’arrêt de mort futur du Hackintosh

Outre toutes ses fonctionnalités, cette enclave permet également de sécuriser le processus de boot.

Selon ArsTechnica, «  la puce T2 valide le boot loader, le boot loader valide le firmware, le firmware valide le noyau, et le noyau valide les pilotes ».

En pratique, ce petit processeur pourra bloquer un démarrage depuis un périphérique externe. Pire encore, puisque son fonctionnement lui permet de reconnaitre et d’entraver les « menaces » à la sécurité du mac. C’est donc un premier pas vers le blocage de périphériques non agréés Apple.

Surtout, si Apple généralise ces puces dans tous ses Macs à l’avenir, celles-ci pourraient bien empêcher MacOS de démarrer sur des configurations qui se détachent du parc de Mac d’Apple, et donc, rendre l’installation et le démarrage de MacOS sur les Hackintosh impossible.

Si ce futur semble encore assez lointain, il est fort probable, tant Apple souhaite conserver l’emprise totale sur ses logiciels et son matériel.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Partagez cet article avec vos amis.

sed accumsan venenatis fringilla quis quis, lectus